• Judge

     

    Hiro ouvre les yeux, emprisonné dans des chaînes ne lui permettant pas de se mouvoir, avec un masque d'animal sur la tête. Quand il se voit libérer de ses menotte, prend conscience de l'environnement sombre autour de lui, qui ressemble à un tribunal exécutoire. Il constate que d'autres êtres humains, menus d'un imposant masque animaliers eux aussi, se retrouver dans une détresse similaire à lui-même. On leur dit que pour expier leurs pêcher devront s'éliminer par vote au tribunal. Le jeu de survie oratoire commencera alors.

    En six tomes, Judge a su semer la terreur d'une réalité effrayante. En regardant dans les rayons, j'ai décidé de prendre les tomes pour faire changement des mangas dont j'ai l'habitude d'apprivoiser. L'horreur est bien présente, mais pas suffisamment pour les passionnés inconditionnelle de ce type d'histoire. Donc n'importe qui peut jeter un oeil sans en sortir traumatisés, comme il m'arrive parfois (eh oui). Ce qui est bien avec Judge, c'est que son histoire se terminer qu'en quelques tomes. Donc le déroulement ne s'éternise point, rendant ainsi les péripéties plus décadentes. Le temps n'est pas perdu avec une trame à n'en plus finir. Il s'agit vraiment du format parfais au niveau de la longueur. On a l'habitude, dans les mangas populaires, de faire durer la série le plus longtemps possible. Ceci a souvent pour effet de ternir la qualité du scénario.

    Le principe redondant des mangas dont le thème principal évoque un jeu de survie est encore une fois amené par une nouvelle lecture. Non loin de moi l'idée de le dénigrer ou profaner l'opinion que vous pourriez en avoir, mais personnellement je n'ai aucunement été surprise par le scénario. Un vrai bon manga de survie sait nous tenir en halène, avec des intrigues intelligentes et inattendues. Par exemple, pour passer une soirée de lecture nippone, il n'y a  pas de mal à lui laisser une petite chance. Le concept des pêchers capitaux devient intéressant et nous porte à réfléchir sur les impacts des mauvaises actions ainsi que sur la punition divine, comme la religion tente d'enseigner. (pas de débats religieux dans les commentaires, merci.)

    Je ne me suis pas du tout attachée aux personnages, qui selon mon opinion n'ont rien de véritablement remarquables. Même que la plupart d'entre eux m'énervaient au plus haut point. Même le protagoniste ne sors pas du lot, comme tous les autres. Les personnages détiennent chacun leurs propres vices. Toutefois, leur personnalité ne semble pas coller aux acteurs du manga. Un meilleur développement de leur mentalités aurait pu mener Judge vers une direction plus percutante.

    La page couverture m'a donné au départ une mauvaise impression. On voit bien le côté lugubre de cette illustration, où le sang parsème le sol, avec ces imposants masques recouvrant la tête des personnages. Il y a de quoi être terrifié. Du coup, il faut impérativement lire la quatrième de couverture, pour ne pas tomber à côté du trou.

    Les songes lunaires accorde à ce manga une note de 7/10


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :