• Kaichou wa Maid-sama

     

    Kaichou wa Maid-sama

    Sa famille étant pauvre, Misaki a rapidement commencé à travailler dans un maid café pour aider financièrement sa maman. Cette dernière vit avec elle, ainsi qu'avec sa chère petite soeur. Misaki est la présidente du conseil des élèves dans un établissement scolaire comptant très peu d'étudiants de sexe féminin, cachant ce métier qui sert de subsistance à sa famille, son père n'étant plus dans le décors depuis des lunes. Elle rencontrera Usui, un garçon de son école, qui découvrira son secret et développera des sentiments pour cette dernière, résistante à l'amour qu'on lui porte, farouche féministe qu'elle se trouve à être.

    Kaichou wa Maid-sama

    Kaichou wa Maid sama aura su se frayer un chemin jusque dans les sommets de l'univers du shojo. Au départ je ne m'attendais pas à une histoire convenable. Les premiers épisodes m'avaient laissé une mauvaise impression, comme si cette série allait être pénible à regarder. Quelques semaines plus tard, j'ai décidé d'aller plus loin dans mon visionnement. En le regardant sous un autre état d'esprit, je me suis mise à apprécier cet amour entre une tsundere tyrannique en apparence et un tranquille lycéen provocateur. Comme quoi il faut laisser une petite chance aux animes, sans se fier nécessairement au synopsis et au premier épisode.

    Ce qui est bien et qui fait différent pour un shojo, c'est la farouche résistance de Misaki envers Usui. Habituellement les héroïnes de manga romantiques ont soit tendance à de petites timides au grand coeur ou soit de vrais rayons de soleil pour le garçon dont elles tombent amoureuses. La relation de ces deux protagonistes évolue autour d'une incertitude de la part de la fille, qui la traduira comme un cri de guerre et non comme une hésitation idéaliste. Parfois cela devient légèrement lourd sur le système, on désire absolument que l'héroïne finisse par s'ouvrir à l'élu de son coeur. Cependant, sa personnalité rigide l'empêche de laisser libre cours à ses sentiments. Les petites attentions d'Usui étaient très mignonnes et sincères, une preuve irréfutable de son attirance pour cette président du conseil des élèves.

    Le contexte met en oeuvre une peur de l'homme, après un traumatisme d'abandon (le père de la protagoniste ayant fait ses valises pour quitter la famille, dans son enfance). Comprendre la profondeur d'un mal-être occasionné par le départ d'un parent porte à réfléchir. Aussi sur les efforts qui devront redoubler, en raison de cette malencontreuse décision. Misaki n'aura pas le choix de contribuer à subvenir aux besoins de sa famille, en plus du revenu que sa mère gagne déjà. Leur maison est donc en ruine, dans une certaine pauvreté qui ne permettra pas à l'héroïne de faire de grandes études, dans un établissement académique privé. Une réalité pour beaucoup de jeunes familles japonaises.

    L'humour demeure présent dans chaque épisode, bien dosé. Il y a des scènes qui m'ont fait éclater de rire. Les simples réactions de l'héroïne, comme par exemple son état de combat bestial lors d'une partie de volley est à s'en mordre les babines. Ou sinon sa capacité légendaire à trier les documents du conseil des élèves, comme une brute de la paperasse. Les moments gênants sont tout aussi rigolos.

    Kaichou wa maid-sama ne révolutionnera certainement pas l'univers de l'animation japonaise, mais il demeure fort sympathique, un bon divertissement. Si vous ne l'avez pas encore regardé, profitez de l'été pour le faire, il en vaudra la peine. 

    Kaichou wa Maid-sama

     

    Les songes lunaires accorde à ce anime une note de 8/10


  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Juin à 18:22

    dommage qu'ils ont pas anime la fin du mangas comme de nombreuse oeuvre animé .

    un anime assez sympas et drôle que je pense revoir . 

    j'ai en mémoire les trois idiots  

      • Mardi 19 Juin à 00:43

        C'est souvent le cas avec les animes, on ne voit pas la véritable fin en raison du prolongement du manga par apport à la série d'animation.

        Les trois idiots étaient bien rigolos. Pour moi ils ressemblent plutôt à des mollusques flasques plutôt que des personnes, mais là est l'humour de leurs réactions.

      • Mardi 19 Juin à 01:22

        un paquet d'anime qui n'ont pas de fin et surtout qu'a la fin il te laisse sur ta faim " lol" 

        t'attend avoir une suite ou des réponse mais rien  mais pour ceux qu'il veuille pas lire le manga pour avoir la suite ça deviens pénible .

        es ce que ça srait pas mieux d'anime une fois qu'on sait que le manga est presque finis 

        K-on aura une suite mais sur un autre personnage .

    2
    Dimanche 17 Juin à 13:08

    C'est l'un des animes que j'ai le plus regardé ^^ 

    Et aujourd'hui encore je trouve que c'est l'un de mes préférés ! 

    Et BaltesG je suis d'accord avec toi c'est dommage de ne pas avoir l'anime aller jusqu'au bout comme le manga.

     

      • Mardi 19 Juin à 00:45

        Cet anime a un petit quelque chose de spécial qui plaît, tant dans l'humour que dans les personnalités des personnages. La relation entre Usui et Misaki se veut catégoriquement marginale.

        Tant mieux s'il est dans tes coups de coeur, il mérite bien d'être complimenté pour ses beaux atouts.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :