• Killing Stalking

    Yoonbum est un jeune homme timide et complexé, qui s'est pris d'amour pour un garçon de son université, après que ce dernier l'ait sauvé d'une situation malencontreuse. Depuis ce jour, il commence à surveiller les moindres gestes de l'élu de son coeur, bien plus robuste et solide lui-même. Discrètement, il tente de s'introduire dans sa maison pour en apprendre plus sur lui, comme une obsession. Ce qu'il ne savait pas, c'est qu'une descente dans une situation infernale allait avoir lieu. L'homme dont il est follement amoureux est en fait un psychopathe, qui s'adonne à la torture, le meurtre et la séquestration du protagoniste.

    Quelle oeuvre répugnante, imbibée d'une cruauté sans pareil et d'idées si morbides que l'on peut sérieusement devenir terrifié. Killing Stalking est un manga coréen qui a beaucoup fait parler depuis son commencement, proclamé comme une histoire intrigante et intéressante. Certes il est vrai qu'il contient des éléments psychologiques en lien avec la maladie mentale, se voulant d'une réalité troublante, mais il n'en reste pas moins qu'un ramassis d'actes dégoûtants. L'histoire tourne autour de la séquestration d'un garçon, amoureux au départ de son futur agresseur, qui se retrouvera par la suite prisonnier dans sa maison, à faire des choses horribles. La torture constitue la première chose qui m'a fait détester le manga, comment peut-on créer une histoire pareil et la faire lire aux autres ? Ce n'est que mon avis, mais je trouve que le message passé n'est pas si pertinent, tellement on met l'emphase sur le côté souillé et sanglant de l'oeuvre. En cours de lecture je me suis arrêtée, incapable de continuer à lire ces atrocités. 

    Je ne l'ai pas aimé, mais il nous marque. Impossible d'oublier une telle histoire d'horreur. Les situations sont si impactantes et cruelles qu'elles peuvent donner des cauchemars. Je n'aimerais pas être dans la peau de ce garçon demeuré captif par le garçon dont il était amoureux et recevoir toutes ces blessures de sa part.

    Le manga parle de la torture et de la maladie mentale. Le personnage principal suit le garçon qui l'aime en filature, de manière intensive au point à trouver sa maison et essayer d'y entrer. Tandis que son bourreau, il souffre du trouble Borderline, donc ses sentiments sont constamment instables, pervers, violents et sanglants. On en apprend sur son passé et remarquont qu'il a vécu une enfance difficile, où justement, la mère se faisait battre par son père et la mettre dans des situations horribles.

    Si vous avez une confiance en votre capacité à tolérer la monstruausité du contexte, alors tentez le coup, mais si vous êtes aussi sensibles que moi, alors passez votre chemin. Ce n'était qu'une critique de mise en garde, après il en est à vous de vous forger une opinion. Beaucoup dise le manga révolutionnaire, tandis que de mon côté, le considère malsain et impertinent pour les lecteurs.

    Les songes lunaires accorde à ce manga une note de 5/10


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :