• L'autisme, une manière d'être

    L'autisme, une manière d'être

    Alors que le monde bouge, nous demeurons immobiles dans une société qui ne semble pas nous convenir. Certains seront d'éternels observateurs et d'autres des réformateurs.

    L'autisme, une manière d'être

    Bonsoir chers lecteurs et chères lectrices...

    Cela faisait un moment que j'avais envie de créer une rubrique pour parler d'un sujet qui me tient à coeur. Ayant été diagnostiquée dans l'enfance, mais l'ayant su que tardivement à cause d'une erreur médicale (on a oublié de me faire passer une partie importante des tests psychomoteurs), on a réussis à mettre un mot sur mes particularités... Maintenant que je comprend ce mot, je comprend pourquoi il m'est si difficile de communiquer avec autrui, d'entretenir une conversation, de vivre des hypersensibilités aux sons et aux textures qui en deviennent paralysantes... Pourquoi me demanderez-vous ? Parce que je suis autiste et que je veux éradiquer les préjugés.

    L'autisme est un large spectre, comme je l'ai mentionné plus haut. On dénote des divergences cognitives inexpliquées ainsi que de grandes forces et de grandes faiblesses. La triade des caractéristiques se traduit par des difficultés de communication, de socialisation et d'hypersensibilité sensorielle (et intérêts restreints). Toutefois, on ne peut pas se baser uniquement sur ces caractéristiques pour poser un diagnostique. Nous, les autistes, avons des particularités qui nous sont bien propres. Certaines personnes touchées par le spectre de l'autisme n'ont aucune difficultés verbales et peuvent même arriver a se frayer un chemin dans la jungle sociale. Il y a de grands verbomoteurs dans l'univers autistique, ce qui en étonne plus d'un.

    Quelques caractéristiques possibles
    (Il existe de nombreuses caractéristiques qui peuvent se rattacher au spectre de l'autisme)

    Les premiers signes de l'autismes sont visibles dès la petite enfance. Toutes sortes de particularités peuvent se faire remarquer si l'on y prête attention. Ce n'est que dans l'enfance que les caractéristiques deviennent plus flagrantes. La manière de jouer de l'enfant autiste n'est pas comme celle des neurotypiques. Nous apprécions, pour la plupart, jouer en solitaire et nous inventer des histoires. (Je me souviens d'ailleurs que je jouais constamment seule au parc, je créais des aventures originales.) Certains comportements peuvent être répétitifs ou restreins, comme par exemple être toujours en train de faire tournoyer un objet ou encore aligner des biens.

    En ce qui concerne les interactions sociales, elles sont très limités, même si ce n'est pas le cas pour tout le monde. La difficulté d'entretenir une conversation se fait bien présente. Comprendre sincèrement les sentiments d'autrui est une tâche complexe. Certain feront du mutisme, d'autres seront de grands verbomoteurs. Se faire des amis peut être une source de problème puisque nous ne savons pas vraiment comment nous y prendre.

    Des hypersensibilités sensorielles se dont sentir. Ce la peut être de la misère à endurer certains bruits et la cacophonie, les textures de vêtements ou d'aliments, les odeurs puissantes et le goût de la nourriture, la luminosité qui donne mal aux yeux, etc...

    Florilège de caractéristiques (Il n'est pas question de répondre à toutes les caractéristiques, elles ne sont que des possibilités face à l'autisme ): Éviter le contact visuel, avoir une préférence pour le jeu solitaire, avoir une absence d'intérêt pour l'autre, n’interagir que dans le but de combler un besoin, éviter ou résister aux contacts physiques, refuser d'être réconforté, avoir du mal à comprendre les sentiments des autres ou ne pas y réagir, avoir du mal à parler de ses propres sentiments, ne pas interagir ou avoir des difficultés à interagir avec autrui, Absence ou retard du langage (ou arrêt après un début de langage), répétions de mots ou de phrases, écholalie immédiate ou différée, incapacité à communiquer soit par la parole soit par le geste soit par des mimiques, compréhension très limitée ou très particulière, difficulté à comprendre les blagues ou le sarcasme, Manipuler de façon particulière des objets (les faire tournoyer ou les aligner), jouer avec ses jouets de la même façon chaque fois, ne pas jouer avec un jouet selon l'utilisation qui lui est prévue, s'attacher excessivement à des objets inhabituels, être intolérante face au changement d’éléments même mineurs se manifestant par de la colère, avoir besoin de suivre certaines routines ou rituels, hypersensibilités sensorielles...

    Une intelligence différente

    Je me suis longtemps torturé l'esprit en pensant que je ne valait rien, que j'étais stupide et incapable de quoi que ce soit. Ce n'est qu'avec le temps que ma compréhension de la situation a évolué. L'intelligence est un concept ambiguë. On ne peut pas dire que quelqu'un est plus intelligent qu'un autre, car l'intelligence possède de multiples facettes. Il faut simplement avoir confiance en soi et aller de l'avant pour se sentir bien.

    L'autisme n'est pas un trouble

    Quand on parle du trouble du spectre de l'autisme, je ne peux m'empêcher de reformuler l'appellation dans ma tête. Nous ne sommes pas atteints d'un trouble, pas pour le moins du monde. L'autisme n'est pas une maladie, c'est une manière d'être qui va au-delà de la définition écrite dans le dictionnaire usuel. Sachez aussi que l'autisme n'est pas non plus un profil, c'est un éventail de visages tous aussi particuliers les uns que les autres, d'où le mot «spectre»

    Écrit par Macchan de la Lune (Marie-Pier Moreau), ©Tous Droits Réservés.


  • Commentaires

    1
    Samedi 25 Novembre 2017 à 20:41

    Je ne sais pas ce que tu en penses, probablement la même chose, mais j'ai toujours vu l'autisme, non pas comme une maladie, mais comme une autre manière de vivre, d’interagir avec le monde. Sans compter qu'il y a une pléthore de cas différents, à se demander quand peut-on considérer qu'il y a "autisme", car une partie du comportement peut être liée à un problème auditif (ce qui est mon cas, étant née sourde et ayant tardivement acquis l'ouïe grâce à une opération, mes interactions sociales sont... très étranges, auparavant elles étaient même inexistantes) ou plus simplement par l'éducation reçue... Vaste sujet en somme.

      • Samedi 25 Novembre 2017 à 20:57

        Comme je l'ai dis dans ce texte, je pense que l'autisme est une manière d'être et surtout pas une maladie. J'ai souvent trouvé blessant que l'on me dise que j'étais folle et muette. Pour refaire allusion à l'article, je dirais que le spectre de l'autisme est si large qu'il est difficile de mettre un mot précis dessus. Néanmoins on voit bien le fossé qui se creuse entre nous et les autres. C'est comme si la vibration sur laquelle nous vivons n'est pas la même que celle de la plupart des humains. Personnellement j'ai toujours pensé que j'étais originaire de la lune et non de la terre. Comme j'aime tant le dire, je suis une intra-lunaire, un être intérieur qui vit sous le spectre lunatique.

        Tu as bien raison dans ton allusion en évoquant la surdité. Quand on a de grandes faiblesses, on a aussi de très grandes forces. Ton talent pour l'écriture est un acquis puisqu'il te permet de communiquer avec autrui. Les relations que nous pouvons avoir avec les autres sont teintées de nuances. Les milles couleurs de l'être humain témoignent que tous le monde est unique à sa façon, même si certaines personnes jugées «différentes» ou hors de la norme.

      • Samedi 25 Novembre 2017 à 21:18

        Exact, j'ai lu trop vite ton texte... La réponse y figurait déjà ! Ta métaphore est très belle, et en même temps juste, "intra-lunaire", on ne pourrait trouver mieux. Être hors norme, dire que cela est juste car on ne convient pas aux normes sociales est blessant, surtout que celles-ci sont différentes en fonction des cultures, la notion devient de plus en plus floue. Bon je ne vais pas m'attarder sur ce sujet (je serais capable d'en faire un livre).

      • Samedi 25 Novembre 2017 à 21:31

        Il est facile de perdre le fils dans les longs pavés de texte, je suis désoler que cela aie pu t'importuner. Mais au moins j'ai pu répondre à ton questionnement et j'en suis vraiment heureuse.

        Cette métaphore je la cultive depuis très longtemps. Mon univers est celui des songes lunaires, les gens qui le visitent sont des intra-lunaires. Au fait j'eu l'impression qu'un lien s'est tissé entre nous deux quand j'ai vu que le nom de ton blog était très près de celui du mien. Les songes féeriques, mais quelle magnificence ! Ton univers est tout simplement merveilleux. Il arbore un calme et une sagesse remarquables. J'adore lire tes textes poétiques, ils sont emprunts d'une magie naturelle puissante. Ils me vont droit au coeur à tous les coups.

        La différence est un sujet sur lequel on pourrait écrire des milliers de mots. Un jour j'aimerais écrire un roman pour parler de l'autisme, exprimer mon histoire pour toucher les gens et leur faire comprendre que les particularités peuvent se transformer en forces. Qu'il faut se respecter pour que la vie en devienne plus belle et authentique. J'ai écris environ cinquante pages pour en parler et cela m'a apporté un apaisement au niveau de l'esprit. Est-ce que tu aimerais aussi écrire un livre pour parler d'un sujet important pour toi ?

      • Samedi 25 Novembre 2017 à 21:57

        Ce n'est en aucun cas ta faute, j'ai seulement reçu des messages d'une amie en même temps, j'avais donc lu deux choses différentes en parallèle, d'où la confusion.

        Il est vrai que nos deux univers se rejoignent, même nos textes (les tiens me font exactement le même effet) c'est assez amusant ! "Les songes" pour l'univers imaginaire que l'on s'est créée, "lunaires" pour toi grâce à ta profonde réflexion, j'ai l'impression en venant ici, d'entrer dans une forêt en pleine nuit sous un clair de lune; et "féeriques" de mon côté parce que je me suis toujours sentie proche de la magie, d'un folklore qui a tendance à disparaître. Ce n'est pas la première fois que l'on me dit que mon blog, et par extension mon univers, faisait apparaître une forme de calme et de sagesse, une personne l'a même comparé à la sensation que l'on a lorsqu'on rentre dans une église (ce qui me fait sourire, ayant été élevée avec la religion catholique et bouddhiste...).

        C'est une très bonne idée d'écrire un livre dessus, si cela t'apaise, continue, je t'y encourage de toutes mes forces ! De mon côté je ne pense pas en faire, pour la simple raison que je ne termine jamais mes écrits ne les trouvant pas assez aboutis (une fâcheuse tendance à vouloir créer une mélodie et un tableau par une simple phrase, comme Marcel Proust).

      • Samedi 25 Novembre 2017 à 22:34

        Personne n'a commis de faute, cela arrive de mal se comprendre ou d'être un peu confus. :)

        Alors tu avais aussi cette belle impression. Parfois je me dis que nous sommes un peu comme des soeurs blogueuses. Je ne pensais pas que mes écrits faisaient autant d'effet. Les songes lunaires c'est ma petite maison au clair de lune. Nous sommes toutes les deux guidées par le pouvoir des mots, de la sagesse et de la connaissance. Aller sur ton blog c'est être ébahis par la beauté des lieux. On entend de petites fées chantonner et prier.

        Pour être franche j'avoue que ma famille est catholique, mais non pratiquante. De mon côté je ne crois pas en dieu, mais j'aime bien la charité présentée dans cette religion. La magie de la lune est la seule chose em laquelle j'arrive à m'associer. La religion bouddhiste a une moralité magnifique. Les valeurs qu'elle véhicule sont tirés des les profondeurs de l'authenticité. Quelle sublime mode de penser !

        Merci de m'encourager pour le blog et mon rêve d'écrire un livre, maintenant je suis plus motivée que jamais ! Je te souhaite le meilleur du monde dans toutes les sphères de ta vie. Tu es vraiment gentille et charmante, ton soutient est touchant. Passe une belle soirée dans ton univers de songes !

    2
    Dimanche 10 Décembre 2017 à 15:01

    Je me permets de te laisser un commentaire là-dessus, car ton article m'a beaucoup aidé ! 

    Je ne connaissais que très peu l'autisme, pour moi c'était une maladie complexe, maintenant, et ce grâce à ton article, je vois plutôt cela comme une manière différente de voir le monde. En réalité j'ai dû coup l'impression que vous avez votre propre univers, votre propre vision, comme chacun d'entre nous, chacun à son univers, le vôtre est peut-être un peu plus prononcé, plus solitaire, mais cela reste un bel univers.

    Cela doit être, comme tu l'as dis, une faiblesse comme une force, et je te remercie de m'avoir éclaircie les idées ! Tu m'as permise de pouvoir concevoir une nouvelle vision de la vie, je penses qu'on a tous quelque-chose dans ses symptômes, tout le monde a un petit symptôme, aussi faible et discret soit-il, je me suis reconnue dans 1 ou 2 traits de ton article. 

    Alors merci pour cette jolie leçon, c'est avec plaisir que je mets ton blog dans mes favoris afin de te suivre, j'ai énormément d'intérêt pour autrui et j'aime en apprendre sur la vision de chacun !

      • Dimanche 10 Décembre 2017 à 15:27

        Heureuse de savoir que mon article ait pu t'éclairer sur le sujet, c'était mon objectif à la base. Beaucoup trop de personnes pensent qu'être autiste c'est être stupide, que c'est une maladie... Ce n'est point une maladie, c'est une manière différente de percevoir le monde, une panoplie de forces et de difficultés. Tout le monde a son petit univers intérieur, mais chez nous il prend une place bien plus importante.

        L'autisme ce n'est pas un profil, c'est une multitude de visages uniques. On voit cette divergence dès la petite enfance, mais parfois on n'arrive à poser un diagnostique que tardivement. Un grand nombre d'humains, dont moi, arriveront à dissimuler ces particularités pour se fondre dans le décors. C'est une souffrance sans fin que de porter le masque inauthentique du caméléon. Cela fait vraiment mal de ne pas pouvoir être soi-même.

        C'est à moi de te remercier d'avoir pris la peine d'écrire un commentaire à la suite de cet article. Je suis vraiment touchée du fait que ce texte ait pu élargir tes horizons quant au spectre de l'autisme. Ma mission a porté ses fruits ! Merci d'avoir ajouté mon blog dans tes favoris, cela me touche sincèrement.

        Dans tous les cas, bonne journée !

    3
    Dimanche 10 Décembre 2017 à 15:38

    C'est bien normal ! Je savais que beaucoup d'autistes étaient très intelligent par contre et qu'il y en avait de plusieurs sortes ! 

    Si tu le veux bien je te propose même de mettre un lien de ton article sur mon blog afin de le faire découvrir ! ^^ Cela ne dépend que de ton envie ! :)

    Bonne journée à toi aussi !

    PS: Ici tu peux être toi-même, après tout on est tous différents ! ^^

      • Dimanche 10 Décembre 2017 à 16:02

        Je ne sais pas si ce n'est pas tant d'être très intelligent. L'intelligence est un concept si ambiguë qu'il est difficile de parfaitement le définir. La complexité de ce terme n'est sûrement pas inscrite dans le dictionnaire usuel. C'est un terme que chacun redéfini à sa manière. Il s'agit plutôt d'un décalage, d'une vibration à la fois prononcée et effacée.

        Cela me ferait bien plaisirs que tu mettes un lien de mon article sur ton blog, la proposition me fait chaud au coeur. C'est un moyen de faire connaître ce spectre méconnu de la plupart des gens. Transmettre une ouverture d'esprit quant à l'autisme se montre comme une vocation. Merci beaucoup, c'est vraiment sympathique de ta part.

        Tu as raison, tout le monde est différent.
        Tout le monde est unique, ce qui signifie aussi que tout le monde est pareil.

         

        Sur mon blog je me permet de rester moi-même, c'est mon petit univers à moi.
        Est-ce que tu as aussi l'impression de pouvoir être toi-même sur ton blog ou simplement sur le monde numérique ?

      • Dimanche 10 Décembre 2017 à 17:52

        Je suis d'accord avec toi ! Chacun son intelligence ! ^^

        Et bien, je suis assez complexe, je suis toujours moi-même, que ce soit dans la vraie vie ou dans la vie numérique (qui est pour moi un monde parallèle que j'apprécie tout particulièrement !). Je suis peut-être plus fermé et sérieuse dans les situations professionnelles ou scolaire (je suis à la fac ! ^^) mais j'ai une personnalité très flexible, je m'adapte à la personne en face de moi, si elle est plus sérieuse je deviens plus sérieuse, si elle est plus rigolote je deviens rigolote, ça diffère de la personne et de la conversation, j'ai également une voix différente pour chaque personne ! ^^ 

      • Dimanche 10 Décembre 2017 à 18:04

        C'est bien de savoir que tu restes toi-même en toutes circonstances. S'accepter comme on est peut devenir un atout de taille, cela apporte du calme à la conscience. Les personnes flexibles ont plus de facilité à se modeler aux autres. Il s'agit d'une très grande force de pouvoir s'adapter aux autres !

        Il m'arrive souvent de me déconnecter même du monde virtuel, simplement profiter de la vie de la manière la plus authentique qui soit. M'installer sur le balcon et observer les nuages danser, en réfléchissant, me fait énormément de bien.

      • Dimanche 10 Décembre 2017 à 18:07

        C'est lors de marche en forêt avec de la musique dans les oreilles que je me coupe et que je profite comme toi ! ^^ 

        Mais je suis d'accord ! L'adaptabilité est la compétence même de l'homme (ton article est présent sur mon blog ! ^^)

      • Dimanche 10 Décembre 2017 à 18:13

        J'arrive aussi à me couper du monde en écoutant de la musique, en écrivant et en jouant du piano. Ce sont mes principaux échappatoires.

        Très bien dit ! Même si je n'apprécie guère les mauvais côtés de la race humaine, je dois avouer qu'il est à la base reconnu pour ses habilités sociales. Comme quoi le monde est régis par une race aux visages multiples.

        (Merci pour l'ajout de mon article sur ton blog, c'est vraiment gentil !)

      • Dimanche 10 Décembre 2017 à 18:19

        J'aime énormément le piano et le violon même si je ne joue d'aucun instrument ! 

        Oui, certains voient plus leurs intérêts que ceux des autres ! C'est triste et compréhensible à la fois ^^'

        (C'est normal mon blog est avant tout un blog de partage ! ^^)

    4
    Lundi 11 Décembre 2017 à 01:24

    sublime article ma petit fée lunaire ,l'autisme c'est pas facile a comprendre  et a cerner ,c'est pas une maladie comme un cancer ,c'est plus plutot une façon de vivre différente et autre forme d'intelligente .

    etre trop différent des autres c'est dur a vivre quand t'es jeune , je prefere rester vague aime pas trop parle de me . ça rapelle la phrase de shiki de Mégumi qu'elle regret d'être née  quand t'es trop différent du moule social on te le fait bien sentir ,même sans mots .

     pour dire que les moquerie enfants peuvent faire tres mals .

    es ce que t'as lu le livre de Daniel Tamnet un autisme asperger je suis né un jour bleu un livre que j'ai adoré 

    je te le conseil c'est bien ecrit 

      • Jeudi 14 Décembre 2017 à 00:30

        Bonjour l'artiste aux mille et une couleurs :)

        Il y a de nombreuses zones d'ombre dans le spectre de l'autisme. Beaucoup de psychiatres incompétents crieront à la psychose alors que nous sommes simplement autiste et avons des particularités qui nous sont propres.

        Étant autiste et synesthete je vois le monde d'une manière différente de la plupart du commun des mortels. Avant je détestais savoir que j'étais touchée par ce spectre, mais aujourd'hui je l'accepte mieux et j'arrive à voir ses bons côtés.

        Je n'ai pas lu le livre que tu as cité, mais il doit être intéressant. Si tu l'as aimé c'est tout ce qui compte. Passer un bon moment devant des textes qui font réfléchir est toujours agréable.

        Bonne soirée BaltesG !

    5
    Lundi 15 Janvier à 18:12

    Plus ça va, et plus je saisi petit à petit de quoi tu "souffres", même si, en l'occurrence, j'espère sincèrement que tu n'en souffres plus de la même manière^^'.

    Mon père m'a raconté une histoire, un jour, d'une jeune fille autiste qui dessinait de splendides chevaux, presque de manière surréaliste. Puis, par un traitement ou une opération, je ne sais plus trop, les médecins ont "réussi" à la rendre "normale". Après cette même opération, cette jeune fille avait retrouvé un niveau de dessin équivalent à celui d'un enfant en maternelle. Elle avait 9 ans si je ne dis pas de bêtises.

    Bref, tout ça pour dire que ce que considère les humains "normaux" comme des "normes" à appliquer à tout le monde, pour moi, ce n'est qu'un imbécile délire qui tire vers le phénomène qui rend chaque individu identique en tout point à un autre. Je trouve que ça n'a pas de sens !! Pourquoi les jugements ont leur place dans l'égo des gens ? A quel moment peut-on même considérer quelqu'un d'autre que nous, du fait qu'il soit incomparablement différent, est obligatoirement à fuir ou à moquer pour ses différences ? Je n'ai jamais compris cette part de la nature humaine.

     

    En fait, plus ça va, et plus je me dis que j'ai déjà vécu partiellement - voire complètement, pendant une courte période - ce que tu décris plus haut. Je crois d'ailleurs que cette période correspondait à ma dépression. Mais à la limite, je pense que ça pourrait être un bon sujet de débat, alors je m'en vais écrire à ce sujet u_u.  -> "Qu'est-ce qui mène à la dépression, et qu'est-ce qu'une dépression peut apporter de bon une fois surmontée ?", voilà mon sujet.

      • Lundi 15 Janvier à 23:00

        L'autisme n'est pas une maladie, alors dire que l'on peut la soigner n'est pas chose possible. On peut s'améliorer dans certains domaines, mais le fond reste intact. Il ne faut pas se laisser berner par les masques, parfois les difficultés peuvent paraître invisibles alors qu'elles nous brûlent intérieurement.

        C'est aussi ce que je pense. Nous sommes tous uniques et donc tous pareils, mais il y a toutefois des personnalités qui n'entrent pas dans la norme de la société et qui comme moi se font persécuter pour leur différence plus flagrante et incomprise.

        Nous sommes très sensibles, tout comme une personne touchée par la dépression pourrait l'être. Mais ce n'est pas la même chose. L'autisme est une manière d'être qui nous suivra jusqu'à la fin du dernier jour.

        Merci pour cette réponse respectueuse, tu t'exprimes bien dans ta philosophie de vie :)

      • Mardi 16 Janvier à 20:50

        ... Je doute que tout le monde soit d'accord avec ton argument. En dépit du bon sens, il faut savoir que certains "Hommes" extrêmement bornés et aveugles s'obstinent éperdument à croire et prétendre à qui veut l'entendre que "tout ce qui n'est pas normal peut être ramené à la normalité" selon leurs critères de "normalité, évidemment. C'est d'une stupidité intersidérale, je te l'accorde... mais il existe bien des gens qui pensent que le lait vient des supermarchés, du fait qu'ils ne savent même pas ce qu'est une vache... donc finalement, l'humanité va tout simplement droit dans le mur. C'est aussi bête à dire que ça en à l'air, mais c'est pourtant la triste vérité. Même si, je pense que des gens comme nous peuvent changer les choses, ou au moins réussir à agir à son échelle sur le monde pour le rendre meilleur. Toi, c'est en partageant tes écrits que tu le fais, et ça, c'est déjà énorme !

        De plus, pour la bêtise humaine, je trouve qu'à la limite, on a passé une étape déjà... Pourquoi deux guerres mondiales déjà ? Et pour quelles raisons en plus ?!? Des alliances à tout va, pour mener à des persécutions qui ont menés à des atrocités sans précédent. Alors franchement, on est plus vraiment à une guerre mondiale près, ou à un mur entre l'Amérique et le Mexique... le mal est déjà fait quelque part, au fond de nous.

         

        Ensuite, l'autisme n'est pas une pathologie que je qualifierai comme telle, car comme tu l'as si bien dit, et d'après le récit de ton passé ci-dessus, j'en ai la conviction à présent... l'autisme est un univers qui - pour moi - m'est inaccessible. Mais cette contrainte mise à part, je doute que la dépression soit le moyen le plus agréable pour expérimenter ce que tu vis - toi et tant d'autres - au quotidien...^^'. La pression insoutenable, le harcèlement répétitif et insensé, les moqueries qui nous met hors de nous, et une situation d'incapacité totale qui nous renferme sur nous-même, nous menant dans sa spirale infernale qui nous force à prendre les pires choix pour nous... L'enfer, littéralement.

        Et pourtant, je doute que tu qualifierais la totalité de ta vie comme un enfer, donc j'ai peut-être traversé une mauvaise passe qui m'influence encore aujourd'hui. Je dois dire que, depuis tout ce temps, j'ai changé. En bien, évidemment, mais je pense même en mieux. Et si la dépression m'a permise de me rapprocher un peu de l'autisme, et que j'en suis ressortie grandie, je pense qu'à ton échelle, il devient clair et cohérent que tu sois si sage aujourd'hui ! (je dis peut-être des bêtises plus grosses que moi, hein^^'... mais j'essaye juste de raisonner avec un peu de discernement et de psychologie pour une fois x)

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :