• Surréalisme, dadaïsme et écriture automatique !

    SURRÉALISME, DADAÏSME ET ÉCRITURE AUTOMATIQUE :  OU LA CRÉATIVITÉ LITTÉRAIRE

     Bonsoir chers déambulateurs nocturnes...

    La littérature est un large monde aux possibilités créatives infinies, en commençant par ses fondements qui évoluèrent au fils du temps, donnant naissance à différents genres littéraires. Toute histoire peut être bonne  si l'on lui accorde une certaine attention, il ne suffit que de lui laisser une petite chance et entrer dans son univers l'espace d'une lecture et peut-être même après. Voici un petit article pour parler de mes connaissances en la matière (merci cours de littérature). Un sujet passionnant !

    LE DADAÏSME ET LA DÉMESURE POSITIVE

    Quant au dadaïsme (dada), il est apparu un peu avant le mouvement surréaliste, non pas après la première guerre mondiale, mais bien pendant celle-ci. C'est un courant littéraire artistique et intellectuel, qui tend à «renverser la conception traditionnelle de l'art» et qui prône, en quelque sorte, une pensée anarchique rejetant drastiquement les règles artistiques orchestrées par la société. Le dadaïsme a inspiré par la suite le surréalisme, qui fait maintenant grand sujet de discussion dans les études littéraires. La photographie d'une toilette peut devenir une oeuvre d'art selon le dadaïsme. On n'y voit ni queue ni tête en terme de signification. Une démesure qui aura fait se développer un esprit critique nouveau, une forme d'art particulière et rigolote.

    LE SURRÉALISME ET L'ÉCRITURE AUTOMATIQUE

    Né dans les années 1930, à la suite de la première guerre mondiale, le surréalisme vient enrichir l'univers imaginaires des écrivains innovateurs et de leurs nouveau lectorat. Il s'agit d'un genre irrationnel, à l'absurdité créative incroyable, qui désire transgresser les codifications des normes sociétales si rigides à l'époque. Nombreux sont les sources disant que le surréalisme est un automatisme psychique, dénué de règles et de limites. On peut le retrouver tant dans l'écriture (son berceau), mais aussi dans les arts visuels (dessin, peinture, sculpture), dans la mode et plusieurs autres domaines en lien avec la création. Laisser son esprit guider sa plume, sans intention de réalisme. Un produit percutant de l'inconscient.

    Les surréalistes accordaient une grande importance aux rêves. Ils étaient une source d'inspiration inépuisable. Il n'était donc pas rare de voir une grande marginalité textuels dans les écrits du surréalisme. D'ailleurs, beaucoup tenaient des carnets où ils notaient chacune de leur rêveries survenues durant le sommeil ou encore l'hypnose, car ils exploitaient le subconscient de diverses façons.

    L'écriture automatique est un fruit du surréalisme. Elle consiste à déverser sur papier tout ce qui nous passe par la tête, sans aucun filtre, laisser libre court à son inconscient. Cela donne des textes capillotractés (tirés par le cheveux). 

    CONCLUSION DE MACCHAN

    La littérature offre tellement de diversité !

    (Je vous laisse imaginer la conclusion à la manière des surréalistes HAHAHAHAHAHAHA PALÉONTOLOGUE ET SON CONCOMBRE MÉTAPHYSIQUE DES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES CUNÉIFORMES)


    7 commentaires

  • (LIEN DE L'IMAGE : https://www.pinterest.ca/pin/773071092258364402/)

    COLIMAGE

    Elle colle une mémorable image
    Sur le babillard de mes souvenirs
    Profondément ancrés, punaise d'attache,
    S'enracine la texture d'un papier si froissé
    Tel les lunes d'un collage photographique,
    Bricolage hédonistique.

    J’agrafe une retaille des âges
    À la calme beauté du colimage
    Pendant que mon cœur se broche à tes illustrations,
    Laissant un vague sentiment en suspension,
    Celui d'une jeune enfant jadis,
    Qui reposa le collage silencieusement

    Création raboutée
    Vestige d'un art en papier glacé
    Dessinant ces songes supérieurs en neige
    À la frontière d'un tableau en liège.

    Écrit par Marie-Pier Moreau (Macchan de la Lune), ©Tous Droits Réservés.


    votre commentaire
  •  

    Charlotte

    Certains jeunes adolescents, durant la puberté, se mettent à développer les pouvoirs magiques particuliers, sans trop savoir pour quoi. C'est le cas de Yuu, détenteur d'une capacité de se glisser dans le corps des autres durant une période indéterminée. Malheureusement, ce dernier se met à l'utiliser à de mauvais escients. Entre autre pour copier les réponses aux examens pour ne pas avoir à étudier. Cependant, il est rapidement démasqué par le bureau des élèves, organisation influente de l'école, où réside un secret en lien avec les pouvoirs magiques. Ces derniers ont tous des capacités hors norme qu'ils tentent de cacher et en même temps de faire respecter. C'est ainsi que le protagoniste se retrouvera lié au BDE pour cette fois-ci faire de bonnes actions. 

    Charlotte

    Charlotte ne pas m'a vraiment marqué. Il fait pâle figure devant Angel Beats, anime des mêmes créateurs que ce dernier. Vous me direz qu'il ne faut pas comparer des poires à des bananes, mais le fruit créatif d'un auteur ne doit pas toujours remanier les mêmes éléments, fois après fois. Nos attentes étaient grandes à l'égard de Charlotte, parce qu'il se rattache à l'un des mangas les plus cultes du non-traditionalisme. Néanmoins, on y retrouve de bons côtés, de nombreux éléments forts intéressants au niveau des personnages, de l'ambiance et de la chute des derniers épisodes.

    L'anime fait tout pour nous faire adhérer à son histoire, ainsi qu'aux informations racontées au compte-goutte. Non seulement le déroulement laisse le temps aux gens d'apprivoiser les événements, mais aussi le fond de celui-ci. Ce n'est pas plus mal que cela, même qu'il s'agit, à mon humble avis, d'une grand force. Le protagoniste est l'apparence de l'étudiant d'excellence, qui réussit tout ses examens haut-la-main. Les professeurs le vénère pour ses bons résultats scolaires, mais aussi son attitude de premier de la classe. Surmontons à cela des manières exemplaires, personne ne pourrait croire qu'Otosaka Yu utiliserait un pouvoir lui permettant de glisser dans la peau des autres pour copier leurs réponses aux examens. Un tricheur de haut niveau, qui avec sa capacité, arrive à dissimuler ses nombreux plagiats. Un héros original ! Ses compagnons du bureau des élèves vont le percevoir, car eux aussi sont des adolescents aux capacités spéciales.

    L'histoire manque de tonus au début, ce qui est désolant puisque la fin m'a parue remarquable. L'anime aurait été meilleur si l'on avait essayé de sortir du cadre habituel d'une série d'animation de genre «Tranches de vie». Il aurait été plus judicieux de se concentrer plus précisément sur un déroulement, certes en entonnoir, mais aussi que chacun des épisodes aient véritablement des liens entre eux. Axer le scénario exclusivement sur l'intrigue principale, en laissant toutefois quelques éléments du quotidien, question de décompresser.

    Du point de vu des graphismes, il n'y a rien à redire. Ils sont impeccables et l'animation si fluide qu'on peinerait à croire qu'il s'agit d'un anime plus ou moins récent. Les couleurs resplendissent et apportent de la vitalité à l'oeuvre, ce qui la rend charmante sous toutes ses formes. Le premier épisode pourra probablement vous laisser perplexe, mais donnez-lui une chance, car nul ne sait où il pourra vous mener. Peut-être vers une admiration grandissante, ou un découragement en comparant Charlotte au si fameux Angel Beats.

    Charlotte

     

    Les songes lunaires accorde à ce anime une note de 8/10


    votre commentaire
  • Le temps des fêtes sous les flocons

    Le temps fige un instant sous les voltigeuses perdrix d'hiver. Bien que la saison puisse faire frissonner désagréablement les peaux sensibles, en profondeur jusqu'aux os. Toutefois, une pureté s'en dégage de par la neige si blanche qui vient se déposer sur le sol. Le jour de noël, un rayon de soleil sonde le ciel. On raconte qu'il s'agit de la percée des nuages hivernaux et que quiconque croit en la magie des festivités se verra récolter un bonheur inouï.

    Durant le temps des fêtes, je compte avancer mes projets d'écriture, composer quelques poèmes, rattraper le retard dans les animes et lire (des mangas et des romans). Mon roman « La fille au réverbère » en est actuellement au quatrième chapitre du deuxième brouille, puis « L'autisme au clair de lune » à son troisième brouillon. Que ferez-vous durant les vacances ?

    Dans tous les cas, l'occasion se présente pour remercier les gens qui nous sont chers devant un somptueux repas ! Je vous souhaite le meilleur pour les festivités de fin d'année, que les flocons de neige vous inspirent la création telle une toile blanche, que l'authenticité demeurent bien ancrée auprès d'un feu de foyer, et que la nature remercie ceux qui lui confère une admiration docile. Un très joyeux noël à vous !

    - Macchan de la Lune -


    4 commentaires
  • Un petit poème composé dans le cadre de mon cours, que j'ai améliorer entre temps. D'autres viendront, mais ceux-ci de manière libre contrairement à celui-ci.

    Songes au clair de lune

    Je me réveille sous les feux de songes nocturnes
    Entre quelques rêveries déployées à la une
    Et de petites lucioles lunatiques
    Qui vinrent s'abreuver du doux nectar de la source féerique

    Quand je fais mine basse
    Le lune de ses rayons m'entasse
    Le ciel somnambule me parle,
    Tandis que les êtres somnolents y marchent en funambule

    Fils cordés du destin
    Raturage d’événements incertains
    Nous sommes les visages anonymes de la voûte céleste
    Des carnets sans adresse à qui l'on ne s'adresse

     Écrit par Marie-Pier Moreau (Macchan de la Lune), ©Tous Droits Réservés.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires