• Stray Dog

    Stray Dog

    Les Karats sont des créatures démoniaques mi-humaines, mi-animales, qui ne dévoilent pas leur véritable nature pour se fondre dans la population générale. Dans les bas-fonds d'une société corrompue vivent des pratiques répugnantes. En fait, les Karats asservis à un maître malinentonnés finissent dans des combats, un peu comme les gladiateurs du passé temporel (irl). Toru est un Karat voué à combattre, emplis de haine à l'égard des humains. Débarquera dans les prisons de l'arène un jeune homme faisant partie d'une organisation prônant la liberté de ces créatures aux similitudes humaines et animales. Il va aider Toru et le délivrer de ce calvaire dans lequel il était plongé. En échange, ce dernier devra prendre soin d'une jeune fille et la protéger.

    Un trésor ramené spécialement de l'otakuthon, en une chaude journée du mois d'août. La France commence à devenir réellement créative dans l'univers du manga, après la déferlante du phénomène. Stray dog est l'un de ces mangas français qui nous fait croire en la créativité d'artistes émergents.

    Des pages couvertures sublimes, des dessins à en tomber par terre, des colorisations lustrées et des traits de crayon magnifiques... Que de beautés visuelles dans ce manga. On voit que l'auteure y a mis énormément de temps et de passion. Le dessin des personnages est séduisant, on ressent une sorte d'émanation se propager lors de la lecture, tant au niveau du visuel que de l'histoire. Les arrières-plans auraient pu être mieux travaillés et détaillés, mais c'est comme s'ils adhéraient d'une certaine manière aux lignes textuelles. Du coup cela ne pose pas problème, la lecture demeure envoûtante. Le plus important reste d'ailleurs le déroulement captivant, mélangé à ce contexte intéressant. C'est sur cette partie que nous allons discuter dans le prochain paragraphe de la critique.

    Verdict : J'ai adoré l'histoire, il n'y a aucun doute sur ce fait. Même que je fus impressionnée de voir un tel concept débarquer dans l'historique du manga. La situation de Toru au début de l'histoire est déplorable. On voit bien qu'il a un bon fond, qu'il ne veut faire de mal à personne. Son démon est simplement trop puissant pour toujours parvenir à le contenir, constamment à sa mercis. Le collier attaché à son cou permet à son horrible maître de le contrôler dans ces moments sanguinaires, lui qui détient des capacités au combat inhabituelles et surpuissantes. Son maître en a déjà perdu un œil lors d'une attaque de ce dernier.'La profondeur de l'histoire se fait sentir dès le premier tome et plus exactement le premier chapitre. Des moments d'étonnements peuvent sortir, il ne suffit que de puiser dans l'énorme potentiel de Stray Dog pour les déterrer. J'aime beaucoup les personnages et les liens qu'ils entretiennent. On devrait apprendre de ces derniers, leurs mentalité et valeurs (pas pour les vilains qui faisaient de Toru une bête de foire) C'est la manière dont prend place l'intrigue qui apporte des rebondissements et un sentiment frénétique en lisant chacun des tomes. Vivement la suite !

    Dans tous les cas, la mangaka Vanrah détient un talent remarquable! Une fois plongés dans son univers on ne peut en ressortir. Les paroles nous transpercent telle les griffes d'un karat, au travers d'une réalité désolante teintée de moments houleux. J'aime Stray Dog d'amour pur, par la beauté du contenu et l'art profond des illustrations. Un manga à côté duquel il ne faut pas passer.

    Les songes lunaires accorde à ce manga une note de 10/10


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :